Journée Mondiale Anti-Contrefaçon : c’est le 7 juin. Portes ouvertes de 14h à 16h

A l’occasion de la Journée Mondiale Anti-Contrefaçon organisée comme chaque année par l’Union des Fabricants, le Musée de la Contrefaçon vous ouvre ses portes gratuitement ce mercredi 7 juin de 14h00 à 16h00.

Profitez-en pour (re)découvrir les collections insolites et exercer votre œil à reconnaître les faux, parcourez notre collection de faux tableaux avec un coup de projecteur sur les faux de l’avant-garde russe, et plongez dans l’univers des montres en explorant l’exposition Authen’tic-tac.

PANNEAU-unifab-JMAC-2017-1930x2000-1HD-copie

Voilà vingt ans que l’Unifab organise annuellement la Journée Mondiale Anti-Contrefaçon. La contrefaçon touche de nombreux domaines et tend à devenir omniprésente (près de 10% des produits échangés dans le monde sont des contrefaçons) aussi des thèmes spécifiques sont-ils abordés chaque année. A l’occasion de la vingtième édition de l’événement, cette journée se déroulera sous le drapeau de la lutte contre les médicaments contrefaits. Pour en savoir plus www.unifab.com

JMAC-2016

[Extrait du communiqué de presse de l’Union des Fabricants]

A l’occasion  de  la  20ème édition  française  de  la  Journée  Mondiale  Anti-Contrefaçon, l’Union des Fabricants (UNIFAB) met en lumière les dangers liés à la contrefaçon de médicaments le mercredi 7 juin au Musée de la Contrefaçon à Paris.

En tête du classement des plus grosses saisies réalisées sur les 3 dernières années par la douane française, avec plus de 2,5 millions de produits interceptés, le secteur du médicament est particulièrement touché par l’industrie du faux. Grace à un système français de distribution très encadré, le risque se situe aujourd’hui essentiellement sur internet. L’objectif pour le contrefacteur, est de duper les e-patients, en les exposant à des risques  importants  pour  leur santé  et  leur sécurité.

«Il faut en parler et sensibiliser au maximum sur ce fléau en pleine croissance, dont le secteur de la pharmacie est une cible aujourd’hui. La multiplication des offres d’achat de médicaments en ligne, doit susciter chez  le consommateur une vigilance accrue quant à l’authenticité des produits pharmaceutiques qu’il achète. Heureusement les réseaux de distribution classiques sont épargnés par ces pratiques peu scrupuleuses grâce à la vigilance des pharmaciens.» indique Christian Peugeot, président de l’Unifab.

Les industriels du médicament sont très impliqués et travaillent étroitement, en France et à l’étranger, avec tous les acteurs : pouvoirs publics, douanes, police, pharmaciens, ONG, plateformes d’e-commerce…pour garantir l’accès des patients à des médicaments de qualité, renforcer la traçabilité des produits et en sécuriser la distribution.

Au-delà des risques pour la santé et la sécurité qui constituent la priorité absolue des entreprises du médicament, il faut noter que selon le rapport de l’Observatoire européen des atteintes aux droits de propriété intellectuelle de l’EUIPO, en France, plus d’1 milliard d’euros, soit 3% des ventes du secteur pharmaceutique, seraient perdus  chaque   année   en raison de la contrefaçon, entraînant ainsi la perte  de 37 700 emplois  directs. Les enjeux sont donc multiples et les conséquences très diversifiées.

[extrait du communiqué de presse de l’Union des Fabricants

Publicités