En cette période d’actualité fortement sportive, le Musée de la Contrefaçon met en avant le légendaire POLO L.12.12 LACOSTE

891px-Logo_lacoste.svg

Surnommé « le Crocodile » à la suite d’un pari, René Lacoste, joueur de tennis renommé, conçoit à la fin des années 1920 un polo en coton piqué à manches courtes qui permet de mieux supporter la chaleur sur les courts américains.

« A cette époque, nous jouions tous en chemise de ville blanche avec boutons, boutons de manchettes et col. Il me fallait quelque chose de plus pratique et de plus sain » explique René Lacoste.

Face au succès que remporte son invention auprès de ses amis, Lacoste décide de se lancer dans la production industrielle d’une nouvelle gamme sportive griffée à l’effigie du crocodile en 1933, il donne ainsi naissance à ce qui deviendra le légendaire polo LACOSTE L.12.12.

DSCN4398

Particularité du polo L.12.12

La chemise dessinée par René Lacoste est plus courte que les chemises de tennis traditionnelles. Cette forme est plus adaptée au confort des joueurs et leur permet une grande liberté de mouvement. Par ailleurs, le coton utilisé pour la confection du polo est léger et permet une meilleure aération lors de l’effort physique.

L’écusson en forme de crocodile sur le polo  est lui-même une innovation. C’est en effet la première fois dans l’histoire de la mode vestimentaire que l’on voit une marque de vêtement visible à l’extérieur !

Image1

 

La lutte anti-contrefaçon

Dès sa mise en vente en 1933, le polo Lacoste est victime de la contrefaçon. Aujourd’hui, une équipe entière est dédiée à la protection de la propriété industrielle de la marque dans le monde, agissant en vue du démantèlement de filières de contrefaçon à travers une coopération avec les pouvoirs publics.

polo contrefaçon

Pour aller plus loin, téléchargez le petit livret de l’exposition.