Collections

Le Musée de la Contrefaçon présente plus de 500 objets répartis dans cinq salles. Il rassemble des collections très variées allant des plus grandes marques de luxe jusqu’aux produits du quotidien, en passant par l’industrie et les œuvres d’art.

Origine des collections

Présenter des contrefaçons dans un musée ne va pas de soi. Il s’agit en effet de marchandises illicites, qui sont normalement destinées à passer au travers de la déchiqueteuse ou sous le broyeur du rouleau compresseur. Avant qu’elles atteignent ce sort définitif, le Musée de la Contrefaçon fait en sorte de prélever quelques échantillons de ces contrefaçons pour les exposer en vitrine.

Qui nous fournit les collections de contrefaçons ?

Acheter de la contrefaçon est illégal et le Musée de la Contrefaçon se plie évidemment à cette règle : nous n’achetons pas de faux même pour les mettre dans le musée ! La majorité des contrefaçons exposées dans le musée provient de saisies par les agents des Douanes, de la Police ou de la Gendarmerie. Nous sollicitons régulièrement ces acteurs de la lutte anti-contrefaçon pour actualiser notre collection.

Certaines entreprises victimes de contrefaçon nous fournissent des échantillons de contrefaçons, expertisés par leur propre Service Juridique. Il s’agit en règle générale d’entreprises membres de l’Union des Fabricants.

Enfin, les plateformes de vente en ligne peuvent également nous remettre des marchandises contrefaisantes interceptées lors de transactions frauduleuses.

Qui nous fournit les produits authentiques ?

Dans l’optique pédagogique du musée, la plupart des contrefaçons du musée sont exposées à côté du produit original. Les exemples en vitrines sont bien entendu choisis avec l’accord des marques représentées. Ce sont en général des entreprises membres de l’Union des Fabricants qui nous prêtent les objets originaux.

Quel est le cadre légal qui nous permet de détenir des faux en toute impunité ?

L’Union des Fabricants, association loi 1901 qui possède et gère le musée, est reconnue d’utilité publique depuis 1877. Elle est placée sous tutelle du Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie et du Ministère de l’Intérieur. L’Unifab travaille en collaboration avec les autorités publiques et les associations internationales de protection de la propriété intellectuelle.

Publicités