Histoire du musée

L’Union des Fabricants décida de créer le Musée de la Contrefaçon en 1951, sous l’impulsion de son Président Gaston-Louis Vuitton.

Le musée en 1920

En 1920, l’Unifab avait déjà rassemblé une collection impressionnante de faux de toutes sortes.

En tant que petit-fils du créateur de la célèbre marque au monogramme, mais également Président de l’Union des Fabricants, ce dernier était particulièrement conscient des enjeux qu’il y avait à informer le consommateur le plus largement possible sur les méfaits de la contrefaçon. La solution d’un musée était d’autant plus valable qu’elle permettait à la fois d’utiliser les collections nombreuses rassemblées au gré des saisies et de les exploiter d’un point de vue pédagogique pour la formation des agents et des entreprises.

La façade de l'Union des Fabricants en 1960

La façade de l’Union des Fabricants en 1960

Dans l’immédiat se posait le problème de trouver un lieu capable d’accueillir une collection hors du commun. Ce fut très naturellement que le choix s’orienta vers un hôtel particulier situé au 16, rue de la Faisanderie dans le 16ème arrondissement de Paris, dont Gaston Louis Vuitton venait de faire l’acquisition, et dont il fit alors don à l’Union des Fabricants. Par une curieuse coïncidence, ce bâtiment était lui-même la copie exacte d’un hôtel du XVIIème siècle qui se trouvait dans le quartier du Marais, et fut détruit depuis.

Le musée en 1951

Le musée lors de son inauguration en 1951

A sa création, le musée disposait d’une salle de présentation unique accessible aux professionnels sur simple rendez-vous. C’est à l’occasion du centenaire de l’Association en 1972 que l’Union des Fabricants décida d’ouvrir à tous les portes de son Musée de la Contrefaçon. Philippe Bouvard qui était présent lors de l’inauguration l’avait alors qualifié de « plus petit musée de Paris ».

Le musée en 1972

Le musée lors de son ouverture au grand public en 1972

Depuis, le musée n’a cessé de s’agrandir, parallèlement au développement phénoménal de la contrefaçon. Il rassemble aujourd’hui plus de 500 objets, contrefaisants et authentiques, et couvre tous les aspects de la contrefaçon et de la protection de la propriété intellectuelle. Chaque année, il attire près de 10 000 visiteurs, curieux de ce musée insolite, et désireux de faire partie de ceux qui ne se font plus avoir par la contrefaçon !

Publicités